VERT'IM Mesures

Mesures environnementales


VERT'IM Mesures

Risques environnementaux

Agir pour protéger les populations des risques environnementaux


La protection des populations face aux risques environnementaux est un enjeu majeur pour les pouvoirs publics. Les dangers sont réels et majeurs, que ce oit pour la qualité de l'air, la qualité de l'eau, la pollution des sols, ou la protection des jeunes enfants liée au saturnisme. VERT’IM Mesures intervient dans le contrôle de la qualité de l'air intérieur (notamment dans les écoles), sur les chantiers de démolition ou de rénovation afin de mesurer le taux de poussières d'amiante ou de plomb dans l'atmosphère. Sur le plan de la qualité de l'eau, les dégradations continues des conduites en plomb entrainent des teneurs importantes de cette substance dans la composition de l'eau potable. Enfin, de nombreuses friches industrielles sont récupérées par des promoteurs du fait du manque de foncier disponible afin de bâtir des immeubles d’habitation. Il convient préalablement d'analyser la pollution des sols sur différentes substances dangereuses pour la santé.

Mesures d’empoussièrement Amiante

La mesure d’empoussièrement dans l’air consiste à effectuer des prélèvements à l'aide de pompes, visant à détecter la présence de fibres d’amiante, et le cas échéant à quantifier les fibres d’amiante présentes dans l’air. Les fibres d’amiante présentent des risques pour la santé lorsqu’elles sont inhalées. Les mesures d’empoussièrement permettent d’assurer la sécurité des travailleurs au contact de l’amiante, en ajustant les équipements de protections individuels et collectifs au taux d'amiante détecté, mais aussi d’assurer la protection de la population en contact avec des produits ou matériaux contenant de l’amiante.

De nombreux polluants de l’air présents à l’intérieur de nos bâtiments peuvent avoir des effets sur notre santé. Ils peuvent provenir de sources extérieures, mais aussi de nos activités. Domicile, lieu de travail, école ou moyens de transport…nous passons en moyenne 85% de notre temps dans des espaces clos. La qualité de l’air intérieur (QAI) est donc une préoccupation de santé publique, qui est notamment prise en compte dans le 4ème plan national santé environnement. Le contrôle de la qualité de l'air consiste en la mesure de ces polluants dans l'environnement de travail, soit en laboratoire, dans de rares cas, ou le plus souvent, directement au sein des locaux par la mise en place de capteurs et de détecteurs de seuils.

En France, l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire.

Recherche de micro-organismes, de nitrates, de pesticides…une palette complète de diagnostics au service de la santé. De plus, l'érosion naturelle des canalisations en plomb dans des secteurs relativement défavorisés entraînent une concentration de plomb dans l'eau au-dessus des normes autorisées. Les syndicats de copropriété, particulièrement sur les immeubles vétustes, devront contrôler la qualité de l'eau de façon périodique.

La pollution des sols fait référence à la concentration plus ou moins importante de substances toxiques dans les sols, quel que soit leur type. Généralement imputée aux activités humaines, cette concentration anormale peut être liée à l’utilisation d’engrais et de pesticides par l’agriculture, au passage d’engins lourds, aux rejets accidentels des industries ou à la multiplication des surfaces bétonnées. Parmi bien d’autres causes.

L'incendie de la Cathédrale de Notre Dame a mis en évidence les problèmes liés à la concentration en plomb des bâtiments dans le cadre de travaux ou de sinistres. Cet incendie a dégagé dans l'atmosphère des poussières de plomb en de telles quantités que ces émanations peuvent être nocives à moyen terme pour les populations. Ces émanations ont été contrôlées et le sont toujours par des mesures de teneur en plomb réalisées à l'aide de lingettes qui sont ensuite analysées en laboratoire. Le contrôle plomb répond aux mêmes objectifs de protection des travailleurs du bâtiment, du public, et bien sûr de l’environnement.